MALADIES : FICHES TECHNIQUES
L’IBR : Rhinotracheite Infectieuse Bovine

Quel est l’agent responsable ?

L’IBR (Rinotrachéïte Infectieuse Bovine) est une maladie infectieuse due à l’herpèsvirus bovine. Elle est contagieuse et spécifique aux bovins. Il existe plusieurs souches sauvages et le virus  est peu résistant au milieu extérieur (rayonnement solaire par exemple). Toutes les souches ne présentent pas le même pouvoir pathogène. Certaines montrent une prédisposition pour l’appareil respiratoire (rhinites, trachéites), d’autres pour l’appareil génital (vulvovaginite pustuleuse infectieuse) et certaines peuvent provoquer des symptômes oculaires, digestifs, ou nerveux. L’IBR est classée comme danger sanitaire de seconde catégorie.

Comment ça se transmet ?

L’IBR peut se transmettre par contact entre les animaux, contact «mufle à mufle » (cellules de la muqueuse respiratoire), ou bien par saillie (cellules de la muqueuse génitale). Il est possible que l’IBR se transmette aussi par contact vectoriel via des sceaux, des cordes… La gestion des refus alimentaires de lot à lot peut également être un facteur de risque majeur ou bien via du matériel en commun comme la bétaillère. Le jetage nasal représente la source majeure d’infection. La contamination entre troupeaux se fait principalement par contact direct lors d’une introduction : achat, prêt… Dans des régions où l’IBR circule encore beaucoup, une transmission entre voisins de pâture est possible, si les animaux sont en contact direct (simple clôture, saut de pâture …)

Le principal facteur de risque réside dans l’introduction d’un bovin excréteur asymptomatique mis en contact avec le troupeau. Il faut donc mettre en place des mesures de biosécurité adaptées pour éviter la contamination.

Quels sont les symptômes ?

La maladie peut s’exprimer sur tout type d’animaux, du très jeune bovin à l’animal adulte. Mais elle se manifeste sous différentes formes selon le type de contamination de l’animal. Aujourd’hui, il y a très peu de cas clinique d’IBR car une grande partie des cheptels a été assaini.

La contamination la plus importante se fait par voie respiratoire, elle atteint les bovins de tout âge. La période d’incubation dure de 2 à 4 jours mais le virus est présent dans les jetages nasaux dès 24 heures. Les symptômes de cette contamination par voie respiratoire sont : de la fièvre élevée (souvent supérieure à 40°C), un abattement, la perte d’appétit et une chute brutale de la production de lait, des jetages nasaux séreux puis muco-purulent, le mufle devient sale (+/- croûteux), des toux pénibles et des éternuements, une hyper-salivation chez les jeunes, des conjonctivites avec des larmoiements abondants.

S’il n’y a pas de complications ou de surinfections bactériennes occasionnant des pneumonies graves, la guérison clinique survient après 15 jours avec la montée des anticorps. Toutefois certaines souches très virulentes du virus peuvent induire un taux élevé de mortalité.

La seconde contamination possible est par voie génital. Cette forme de contamination peut atteindre uniquement les animaux en âge de procréer. Les symptômes sont  des avortements si l’animal est contaminé entre le 4ème et le 7ème mois de gestation. L’infection par le virus peut occasionnellement provoquer des lésions ovariennes autour de l’œstrus, ayant pour conséquence de la mortalité embryonnaire précoce et des retours en chaleurs.

La maladie peut aussi atteindre les très jeunes bovins, elle débute 3 ou 4 jours après sa naissance. Elle est due à l’infection des vaches durant le dernier tiers de la gestation, ou à l’infection du veau à la naissance par la transmission du virus de la mère au veau. Cette infection induit des septicémies diarrhéiques et/ou pneumonies aiguës mortelles en quelques jours.

Comment établir le diagnostic ?

Pour diagnostiquer l’IBR, la prophylaxie est réalisée tous les ans. Les animaux étant dans une grande partie des cas asymptomatiques c’est la seule solution pour diagnostiquer cette maladie.

La prophylaxie est obligatoire car l’IBR est une maladie réglementée. Cette prophylaxie est réalisée pour les élevages laitiers par deux prélèvements de lait de tank annuels et pour les élevages allaitants par  prises de sang sur l’ensemble des animaux de plus de 24 mois. En cas de dépistage positif, tous les animaux de plus de 12 mois devront être dépistés individuellement, tant en élevage laitier, qu’en élevage allaitant.

Comment maîtriser la maladie dans mon cheptel ?

Une fois l’ensemble des animaux testés pour l’IBR, deux solutions s’offrent à l’éleveur, en cas d’animaux positifs. Comme pour la plupart des maladies virales, il n’existe pas de traitement spécifique. Si un cheptel est très peu impacté il sera plutôt conseillé de réformer les animaux infectés. S’il est largement impacté, la vaccination sera préconisée pour que la maladie soit contenue sur les animaux déjà contaminés.

Comment L’EVITER ?

Pour prévenir l’arrivée de l’IBR dans un troupeau il faut suivre quelques conseils :
Introduire uniquement des animaux provenant de « Troupeau indemne »
Privilégier le transport direct lors de mouvement d’animaux
Maintenir l’animal introduit strictement isolé jusqu’aux résultats des analyses de la prise de sang effectuée lors de la visite sanitaire d’introduction (entre 15 et 30 jours). Ne pas mettre ses animaux dans une pâture jouxtant celle d’animaux contaminés ou au minimum prévoir deux clôtures distantes de plusieurs mètres