Menu FCO

fco

EVOLUTION IDENTIFICATION

INFO DEMATERIALISATION JUIN2017

La FCO réapparait en France continentale

 Actualité FCO du 16 Septembre 2015  

La FCO réapparait en France continentale

   

Le Ministère de l’Agriculture a confirmé des cas de FCO sérotype 8, un premier sur un mouton dans l’Allier le 11 Septembre, notifié à l’Union européenne et à l’Organisation Mondiale de la Santé Animale ; cela a fait perdre le statut « officiellement indemne » pour la France entière.

5 autres bovins, qui étaient présents au concours national Charolais lors des 4 jours du Mans la semaine dernière ont également été trouvés douteux (par analyse PCR, qui identifie la trace du virus lui-même dans les prélèvements de sang). Les bovins proviennent de l’Allier (2), du Puy de Dôme (2), et de la Creuse (1). Leur confirmation est en cours.

Aucun foyer de FCO sérotype 8 n’a pour le moment été déclaré ailleurs dans le monde, et ce depuis 2011.

Un autre bovin a été dépisté positif en FCO dans le cadre des exportations, dans une quarantaine située en Vendée. Les autres bovins du même lot ont été tous contrôlés, avec résultats négatifs. Par précaution, les bovins des 3 élevages situés à 1 km à la ronde seront également contrôlés, sans avoir d’interdiction de mouvement.

Si les animaux douteux sont confirmés, la carte des nouvelles zones « interdites » (en rouge), de « protection » (en orange), et de surveillance (en vert clair) est modélisée ci-dessous :

La Sarthe n’est pas touchée.

 20150917zonageFCO

Zonage FCO possible au 17/09/15

  

Une surveillance programmée sur la totalité du territoire continental va être mise en oeuvre. Dans chaque région, 60 élevages (soit 1 260 troupeaux pour la France) seront sélectionnés aléatoirement par les DDPP pour un dépistage par PCR de 30 bovins par troupeaux, représentant près de 38 000 tests. Cette surveillance vise à obtenir un état des lieux de la situation épidémiologique et de la diffusion de la FCO. Les résultats sont attendus d’ici 15 jours à trois semaines.  

Selon les résultats de cette surveillance, une extension de la zone réglementée à toute la France continentale est envisagée.  

En zone réglementée, les mesures qui s’appliquent sont celles prévues par la réglementation communautaire (recensement, surveillance, mouvements d’animaux interdits sauf vers les pâturages et l’abattoir avec désinsectisation des moyens de transport, interdiction des foires et des marchés, interdiction de sortie des animaux et des produits - semence, ovules et embryons - depuis la zone de protection vers la zone de surveillance avec des dérogations possibles).    

Des précisions seront apportées rapidement par l’Administration, notamment sur les modalités d’organisation des foires et concours, entre autres pour le sommet de l’élevage à Cournon ; le Ministre doit se prononcer sur cette question d’ici la fin de la semaine.  

En ce qui concerne la fête de l’Aïd, des contrôles renforcés seront menés dans les centres de rassemblements de petits ruminants et dans les structures temporaires d’abattage. Ce renforcement tient aussi à la circulation du sérotype 4 de la FCO dans l’Est de l’Europe.  

Des dérogations de sortie des zones notamment vers les Etats membres de l’Union européenne sont possibles sous certaines conditions, concrètement pour les animaux ayant été valablement vaccinés :  

  • -> plus de 60 jours avant le départ,
  • -> raccourci à 35 jours avec une PCR négative.

Les conséquences à l’Export vers les pays tiers doivent être encore évaluées sachant que les exigences sanitaires découlent de négociations bilatérales et sont variables. Pour mémoire les exportations représentent en 2015 : 50 000 animaux pour la Turquie, 35 000 pour l’Algérie, 12 000 pour le Liban, 5 000 pour le Maroc.

Les professionnels, dans leur grande majorité, ont souligné lors de la réunion de l’instance sanitaire nationale le 14 Septembre dernier, les contraintes insurmontables que représentent les délais d’expédition imposés par la réglementation communautaire, et incitent vivement le Ministère de l’Agriculture à négocier avec ses différents partenaires sur des conditions acceptables pour le commerce et l’élevage français.

Les doses de vaccin rapidement disponibles contre le sérotype 8 sont :

 - 1.3 millions de doses du vaccin Mérial permettant de vacciner 650 000 bovins en 2 injections (les ovins ne nécessitent qu’une seule injection avec ce vaccin)

- 50 000 doses du vaccin Calier, utilisables que pour les ovins et ne nécessitant qu’une injection.

La stratégie vaccinale, à l’appui de GDS France et des autres familles professionnelles, devrait s’orienter vers :

 - une utilisation des premières doses disponibles pour fluidifier le commerce vers les autres pays, UE ou export  

- la préservation de la génétique ovine française.

La quantité de doses de vaccin disponibles (1,3 million de doses) est malheureusement trop faible pour envisager une vaccination en anneau qui permettrait d’endiguer la diffusion de la maladie. Les délais de fabrication du vaccin sont de 4 à 6 mois du fait de l’absence d’antigène. Par ailleurs les autorités sanitaires françaises étudient la possibilité d’un cofinancement partiel européen.

La politique vaccinale à venir sera également définie en fonction des résultats de la surveillance approfondie qui est lancée.

 Le GDS vous tiendra informé de l’évolution de la situation.  

Réalisation © Atelier informatique GDS85. Tous Droits réservés